Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Afriquedomtomnews  par Isabelle Gratien, journaliste Freelance

Témoignage émouvant à Félix eboué par sa petite nièce Isabelle Gratien

30 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Gratien Publié dans #évènements

Paris, le 25 avril 2013

En ce jour du 23 avril 2013 de la saint- Georges( protecteur du royaume uni)à 17h sur l’avenue des champs Elysées, j’ai assisté à une commémoration organisée par le royal british legion et la fondation Charles de Gaulle pour la mémoire du Général de Gaulle et du 1er ministre Churchill devant leurs statues respectives. A travers les anecdotes de quelques anciens combattants, à leurs yeux, Félix Eboué avait « sauvé le Général de Gaulle » en étant le premier résistant à avoir répondu à l’appel du 18 juin 1940 et en lui ayant apporté tout un territoire de l’A. E. F (Afrique Equatoriale Française).

Moi Isabelle Gratien , en tant que petite nièce de Félix Eboué dont la sœur Cornélie Eboué était ma grand-mère (celle-ci mariée à mon grand père Félix Gratien ayant eu 5 enfants dont mon père Yves Gratien, décédé depuis 2006 et qui fut le neveu et filleul de Félix Eboué), j’étais fière de mon grand –oncle ; fière de savoir qu’il restait toujours dans la mémoire de ces anciens combattants.

Je me suis souvenue des anecdotes racontées par mon père qui en tant qu’administrateur colonial en Oubangui-Chari (de 1909 à 1931), Félix Eboué avait appris les dialectes des Africains ; D’ailleurs, il était très respectueux des traditions africaines et souhaitait au plus profond de lui l’émancipation de l’Afrique.

Mon père me racontait aussi comment en tant que gouverneur par intérim de la Martinique vers 1933-1934, il eut à organiser le bal du gouverneur. A l’époque, il y avait un bal pour les blancs, un bal pour les métisses et un bal pour les noirs. Eboué en tant que Guyanais noir 100 % ne pouvait aller uniquement dans le bal des noirs car c’était lui le gouverneur noir qui organisait ce bal. Il fallait donc trancher. Il décida donc qu’il y aurait un seul bal rassemblant les blancs, les métisses et les noirs sinon « pas de bal du tout » ! On put donc assister pour la première fois en Martinique un bal réunissant les blancs, les métisses et les noirs danser ensemble. Ce fut un grand succès ! Félix Eboué avait réussi à rassembler pour cette fête les blancs et les noirs créoles . On y garda un vif souvenir !

Il y avait aussi ce texte « jouer le jeu « que mon père connaissait par cœur ; ce discours prononcé par Félix Eboué en tant que gouverneur de la Guadeloupe en juillet 1937 à l’occasion de la distribution des prix du lycée Carnot à pointe à pitre. En lisant ce texte, je me suis rendue compte qu’il avait su jouer le jeu tout au long de sa carrière « … jouer le jeu, c’est être désintéressé . .. Jouer le jeu c’est réaliser ce sentiment de l’indépendance… Jouer le jeu c’est piétiner les préjugés et à apprendre à baser l’échelle des valeurs uniquement sur les intérêts de l’esprit. Et c’est se juger soi et les autres d’après cette gamme de valeurs. ..Jouer le jeu, c’est savoir prendre ses responsabilités et assumer les initiatives quand les circonstances veulent que l’on dit seul à les endosser… En relisant ce discours, je me dis que ce texte est d’actualité et que les politiciens devraient s’en inspirer !

Le fait marquant fut aussi son départ de la Guadeloupe . Il était resté gouverneur de la Guadeloupe de 1936 à 1938 ; Des milliers de guadeloupéens étaient venus lui dire un au revoir à l’aéroport en scandant « vive papa Eboué » !!

C’est aussi mon Papa Eboué qui avait trouvé du travail pour mon grand-père Félix Gratien comme directeur d’usine de côton en Oubangui-Chari ; ce qui lui avait permis d’aider financièrement sa femme Cornélie Eboué-Gratien et ses cinq enfants dont mon père Yves.

Félix Eboué était très attaché à sa Guyane et son souhait était de se lancer en politique pour servir son pays mais le gouvernement de l’époque ne pouvait affecter un guyanais dans son propre pays.

D’ailleurs, j’ai voulu en savoir davantage sur ce grand homme qui avait tant fait pour ma famille et sa patrie ; J’ai donc rencontré une dame âgée de 93 ans qui avait connu Félix Eboué et dont le père Adrien Rophe député socialiste avait confié à sa fille que lors d’une conversation à l’assemblée constituante de 1945, le Général de Gaulle avait dit : « … je n’oublie pas que sans le gouverneur Eboué, il n’y aurait peut -être pas eu de Général de Gaulle. Il m’a apporté des territoires français d’Outre- Mer , la France !... »

Rappelons que Félix Eboué comme secrétaire général de la Martinique et gouverneur par intérim (de 1932-1934), lança une politique de logements sociaux et lutta contre la fraude électorale.

Rappelons aussi que Félix Eboué en tant que gouverneur de la Guadeloupe en 1936, joua un très grand rôle pour redresser le pays de la crise sociale ; il put appliquer la politique du front populaire. Il mit en place par exemple des avantages sociaux comme les 40 h par semaine , les congés payés ; Il développa aussi les infrastructures sportives .

Fin 1938, Félix Eboué est nommé gouverneur du Tchad par Georges Mandel, le ministre des colonies. Il fut le premier résistant à répondre à l’appel du 18 juin 1940 .D e Gaulle le nomma gouverneur de l’A E F. En rejetant le régime de Vichy de Pétain, il fut condamné à mort par contumace et fut destitué de sa nationalité française ; ses enfants encore en métropole firent figure d’otages ;Félix Eboué put faire appel aux Guyanais, antillais et africains du Tchad, du Congo et du Cameroun pour construire un territoire de la France libre pour le général de Gaulle . Le Tchad devint le point stratégique du redressement de l’empire permettant à la France libre de devenir une puissance bélligérante.

Félix Eboué en tant que gouverneur de l’A EF (Afrique Equatoriale Française), transforma en zone stratégique les pays de l’AEF d’où partirent les premières forces armées de la France libre conduites par les généraux de Larminat, Koenug et Leclerc.

Il figure parmi les cinq premières personnes à recevoir du général de gaulle la croix de la libération (décret du 29 janvier 1941)

Il fut un acteur majeur de la conférence de Brazaville (janv-fev 1944) , dont le souhait était d’émanciper l’Afrique.

Il décède au Caire le 17 mai 1944 et ses cendres furent transférées au Panthéon à la demande de Gaston Monerville . Félix Eboué, ce grand homme républicain guyanais rentra au panthéon le 20 mai 1949 en même temps que Victor Schoelcher. Les deux hommes de la libération de l’humanité furent réunis à tout jamais.

Actuellement, les associations qui oeuvrent pour la mémoire de Félix Eboué sont le cercle de Félix Eboué (crée en 2008) en Guyane dirigé par Yvan Chérica , le comité Félix Eboué en Guadeloupe dirigé par Jean Claude Degras et sur Paris, l’UGAG dirigée par Henriette Sébéloué.

Grâce aux actions du comité Félix Eboué de Cayenne le nom de Félix Eboué fut proposé en 2009 pour rebaptiser l’aéroport de cayenne Rochambeau pour l’aéroport de Cayenne Félix Eboué. Après un combat de deux ans par l’association du cercle Félix Eboué de Guyane et par mon implication en écrivant au Président de la république Sarkozy qui fut favorable à ma demande en m’adressant une réponse quasi immédiate en transmettant mon courrier au ministère de l’outre mer. Et en parrallèle ,en écrivant à Mr Rodolphe Alexandre, président du conseil régional très favorable aussi pour que l’aéroport devienne « aéroport cayenne Félix Eboué » celui-ci fut inauguré le 21 janvier 2012 par le Président de la République.

Chaque année , il y a une commémoration le 17 mai sur la place des palmistes à Cayenne pour célébrer l’anniversaire de la mort de Félix Eboué organisé par le cercle Félix Eboué présidé par Mr Cherica.

En Guadeloupe, l’anniversaire de sa mort le 17 mai est commémoré aussi chaque année par le comité Félix Eboué dirigé par Jean- Claude Degras.

A Paris, un dépôt de gerbes est organisé par l’UGAG dirigée par Henriette Dorion Sébéloué chaque année fin juin au Panthéon.

Ayons une pensée pour notre grand homme Félix Eboué le 17 mai , et l’année prochaine j’espère que nous nous réunirons tous en grand nombre pour célébrer le 70 ème anniversaire de sa mort . Il est décédé le 17 mai 1944 , trois mois avant d’avoir pu assister à la libération de la France contre les nazis. Et le 17 mai 2014 fera 70 ans qu’il nous aura quittés. Toutefois, un hommage en l’honneur de Félix Eboué sera organisé par l’UGAG à la mairie du 6ème à Paris le 19 septembre 2013 .

Vive Félix Eboué, vive la Guyane, vive la République, vive la France !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article