Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Afriquedomtomnews  par Isabelle Gratien, journaliste Freelance

Conférence du 22 août 2015 à la salle Félix Eboué du Ministère de l'Outre-Mer : le rôle des femmes dans le processus démocratique en Afrique

27 Août 2015 , Rédigé par Isabelle Gratien Publié dans #économie

M. Saliou Diallo, président de l'association Equité et Ancien Maire adjoint de Evry
M. Saliou Diallo, président de l'association Equité et Ancien Maire adjoint de Evry

M. Saliou Diallo, président de l'association Equité et Ancien Maire adjoint de Evry

L'association Equité présidée par M. Saliou Diallo a organisé une conférence sur le "rôle des femmes dans le processus démocratique en Afrique", le samedi 22 août 2015 de 14h30 à 18h au ministère de l'Outre-Mer et sous le haut patronage de Madame la Ministre de l'Outre-Mer, Madame George Pau -Langevin.

Les intervenantes
La conférence a débuté vers 15h par le mot de bienvenue du Président de l'association Equité en excusant l'absence de Madame la Ministre retenue à d'autres obligations. Il a fait la présentation des principales intervenantes avec les thèmes suivants :

- Madame Maimouna Seydi, modératrice et represente de Synergie " la situation et le rôle politique des femmes dans la gouvernance électorale "

- Madame Marie France Dion, représentante des Assises Nationales du Congo pour l'alternance démocratique."

- Madame Mariam Thiam, présidente du Front de Nouveau Citoyen (FNC) : "la situation des femmes réfugiées et déplacées massivement.

- Madame Aminata Ousmane Niang Ba, représentante des forces de Libération Africaine de Mauritanie (FLAM) :" quelles initiatives et propositions pour renforcer la contribution des femmes"

- Madame Matsou Diallo, représentante de l'Alliance pour la République (APR) du Sénégal, section Alsace

Grands témoins :

- Madame Sadio morel Kante, journaliste congolaise

- Madame Jeanne Sndaboboka, représentante de l'association MIBEKO du Congo

- Madame Elza Vumi, représentante de "Congo Justice" de la RDC

Madame Maimouna Seydi , modératrice a pris la parole en soulignant le rôle essentiel des femmes dans l'alimentation mais avec un budget limité que ce soit aussi dans la formation, la politique, les crédits ou la technologie.

Au niveau politique, les femmes sont sous-représentées. Deux obstacles aux femmes : la discrimination réduisant leur position de voter et le manque de formation et des ressources financières.

La première à prendre la parole comme grand témoin fut Madame Sadio Morel Kante, journalise au Congo en s'exprimant sur la liberté de la presse.

Elle expliqua: " que ce pays le Congo ne peut émerger car il est devenu un centre de fractures à ciel ouvert ; ce pays ne peut pas émerger des intelligences, des injustices, de l'apartheid. Jadis le Congo Brazaville était la capitale de l'Afrique.Elle cite :" Le Congo Brazaville est tombé dans la décadence vers 1997 avec le président Nguesso ayant pris le pouvoir par la force. L'économie est dégradante, les valeurs humaines inexistantes; quiconque parlait de justice était fustigé" ! Elle a témoigné qu'un journaliste a été battu, molesté et torturé !Elle fut elle-même interpellée dans la nuit à son domicile par la police qui l'a accusée de menaces de mort à l'encontre de ses parents. Elle fut jetée dans un taxi en direction de l'aéroport de Brazaville vers le Mali, le pays de son père, le 22 septembre, date anniversaire de l'indépendance de ce pays.

"Le Congo Brazaville représente 4 millions d'habitants avec un budget de 4 mille milliards de francs CFA mais il n'y a pas d'eau, pas d'écoles, pas de routes, pas de connexion internet; c'est le pays où je suis née, où j'ai grandi, martèle t-elle!"

Elle a témoigné de la mort d'un journaliste français qui fut brûlé avec toute sa famille! Un autre journaliste de 28 ans pour avoir vendu des DVD de propagande fut lui aussi torturé à mort

Le deuxième témoin :
Madame Aminata Ousmane Niang BA :

"La Mauritanie se trouve entre le Maroc, l'Algérie, le Mali et le Sénégal. L'indépendance du pays fut proclamé en 1960. Plusieurs ethnies composent le pays comme les Peuls ou les Woloffs.

La population est de type négro-Africaine." Le premier président s'est empressé à faire appel aux pays arabes comme la Libye, la Syrie, le Koweit, l'Arabie Saoudite pour remplacer l'administration en Mauritanie.

En 1965, la langue Nationale devient l'Arabe au lieu du Français. L'introduction de la langue arabe est généralisée et qui à ce jour est reconnue comme la langue officielle.

En 1983, un décret stipule que les terres sans clôture doivent appartenir à l'Etat. Le conflit Sénégalo-mauritanien éclate et on expulse les ethnies comme les peuls.

La France, l'Algérie, le Maroc, et l'Espagne ont eu pour but de rapatrier des sénégalais. Les Mauritaniens sont déportés vers le Sénégal. On prend le mari et on laisse les enfants et la femme ou inversement.

E n 1989, on accueille à bras ouverts les déportés au Sénégal. On compte plus de 110 000 Mauritaniens déportés.

Avec la pression de la fonction publique, de l'administration, les gens ont décidé eux-mêmes de partir. On estime plus de 300 000 déportés mauritaniens vers le Sénégal et au Mali avec brutalité.

On constate la capacité de la femme à s'adapter même dans les moments les plus difficiles!

Les Mauritaniens déportés au Sénégal se sont rebellés : "nous n'appartenons pas au Sénégal; nous voulons rentrer chez nous!"

Des relations diplomatiques se sont créées entre la Mauritanie et le Sénégal et c'est en 1992 que le retour des déportés Mauritaniens vers leur pays natal s'est fait avec l'aide de la France.

Entre temps, leurs terres étaient occupées par les berbères en Mauritanie. On ne demandait pas de pièces d'identité pour les déportés à qui on les avait déchirées en partant pour le Sénégal.

En 2008, sous la pression internationale 7000 déportés sont revenus en Mauritanie. Ils sont devenus des réfugiés dans leur propre pays. Ils regardaient leur champ occupé par d'autres habitants.

Le rôle des femmes, souligne Madame Aminata Ousmane Niang Ba : "le problème c'est d'abord exister; il y des esclaves en Mauritanie; aidez nous; en 1999, il y a eu un massacre des Peuls; Une république islamique s'impose dans ce pays. Nous voulons exister nous les Peuls, nous voulons bénéficier des mêmes droits!"

" Aidez nous à exister!

Même les esclaves ont un statut mais nous on n'existe pas! On veut bénéficier des mêmes droits!

La modératrice, Mme Mamiouna Seydi rajoute que cela rappelle l'apartheid!

troisième grand témoin :
Madame Marième Thiam , présidente du Nouveau Citoyen (FNC) :

"Ce qu'elle vient d'évoquer, je le sens dans ma chair. J'y ai perdu des proches , je suis très touchée! Je propose donc une minute de silence pour toutes les victimes Africaines qui tombent sous le combat de la Démocratie. Que l'espérance et l'espoir demeurent ; c'est ce qui nous réunit dans cette salle

. A la mémoire de toutes les victimes.

UNE MINUTE DE SILENCE...

Madame Thiam remercia M. Diallo, président de EQUITE de son engagement dans la diaspora Africaine. "La Mauritanie, la Guinée, le Tchad, le Sénégal, j'ai cette chance d'appartenir à tous ces pays " souligne t-elle.

Mme Thiam : "Les femmes donnent la vie; elles sont médiatrices avant les conflits et après les conflits. Les droits des femmes sont en forte régression et la société ne sera jamais apaisée. Pendant la période électorale, on nous oblige à choisir un camp. Nous sommes des boucliers humains, manipulées et exploitées. Le Mali est frontalier avec 7 pays ; il a une position stratégique. Depuis 1960, date de l'indépendance du mali, des valeurs anciennes islamistes sont non imposées. Dans l'hymne national , on évoque la construction de l'Univers. Ces femmes ont supporté toutes les brimades; le code du droit de la femme est prononcé en 1962. C'est ce même code en 2012 qui a été bafoué en laissant place une grande place à l'islam. Je suis musulmane mais pas arabe. La société Malienne est issue d'un brassage séculaire.

Le 30 décembre 2011, le code de la famille sanctionne toutes les inégalités; malheureusement la famille a perdu tous ses droits. Le Mali a perdu toute opportunité de progresser.Le mariage est forcé dans le nord du Mali. La femme souffre dans son coeur, son corps et son âme!Il ne faut pas que ces paroles restent dans des colloques car nous sommes capables de faire plusieurs choses à la fois ; ce que les hommes ne savent pas faire dit-elle sur le ton de l'humour.

Il faut prévenir les violences. Le rôle de la femme est invariable! Elles sont présentes à tous les niveaux. Le Mali représente 51% des femmes. Nous ne serons plus des accompagnatrices . Nous serons dans tous les combats. Nous ne voulons pas de la parole mais de l'action pour promouvoir l'éducation; nous ne voulons pas tomber dans l'obscurantisme!

autre intervenante
Madame Marie France Dion, représentantes des Assises Nationales du Congo pour l'alternance démocratique" s'exprime :

"Nos pays sont très mal gérés! Je me suis engagée en politique et je suis travailleuse sociale. Je viens du même pays que Sadio Kante; ce pays que nous aimons tous.

Le Congo s'étend sur 342 000 km2 et 4 millions d'habitants; il est très riche en pétrole, en bois , en or. Malheureusement, l'espérance de vie est de 58 ans et il y a une forte baisse de la natalité. 766 femmes meurent chaque jour. On est soit très riche et on parle en milliard ou on est soit très pauvre et on vit dans des conditions d'hygiène déplorable. La population n'a pas la liberté d'expression. La police est partout! Depuis l'indépendance, le Congo vit dans la violence. N'Guesso nous dirige avec une main de fer. La société ELF a assuré le pouvoir au Président N'Guesso pour 17% dans la part du pétrole. mais Lissouba a voulu renégocier pour 50%.

ELF a refusé et pendant 5 ans Lissouba n'a pas pu diriger son pays. En 1997, c'est le coup d'Etat Il y a eu des milliers de morts et ce sera l'extermination des Peuls.

Je suis une citoyenne du monde. Mon père est Congolais et ma mère centrafricaine. Ce qui se voit en l'homme c'est l'humain mais les valeurs mises en avant sont les ethnies.

Il n'y a pas d'eau, pas d'électricité ; les enfants s'assoient par terre à l'école. Le Président N'Guesso veut changer la constitution ; il est soutenu car il a des parts de marché dans le pétrole. De plus, on a découvert du pétrole dans le Nord et il veut gérer ce pétrole ainsi que sa famille!

Grand témoin Mme Jeanne Sindabobokata du Brundi, vice-présidente de l'association MIBEKO du Congo :

"Les femmes Africaines portent le poids des traditions dans la politique minoritaire. Il y a un proverbe qui dit " une poule ne peut pas cocoriquer en présence d'un coq.

La femme n'a pas le droit de s'exprimer selon les traditions mais il y a un espoir. En 1997, il y a eu une seule femme Ministre des affaires sociales et des conditions des femmes. Les femmes peuvent jouer un rôle important. Je pense qu'un jour en Afrique , on pourra y arriver."

Grand témoin Madame Rebecca Bowao, ancienne magistrate au Congo

Je suis magistrate et j'ai été avocate . Cela fait 25 ans que je milite pour les droits des femmes. . On a combattu; nous avons des acquis que nous avons consolidé. Je vous parle en tant qu'actrice des droits de l'homme et en tant que femme d'un homme politique. J'ai travaillé avec le Président Lissamba qui a violé la constitution de la même manière que le Président Sassou N'Guesso. Je suis présidente de l'association IBEKO . Nous avons produit des revenus. En 2010, j'ai formulé l'article 8 de la constitution basé sur les valeurs. Mon époux était Ministre de la Défense mais suite à un accident , on a voulu mettre tout le tort sur mon mari. 3touchez à mon mari , alors nous allons nous battre! ; on a torturé des femmes,on a battu des africains. Les femmes sont dispersées. Les femmes ont un très grand rôle à jouer. Aujourd'hui, je fais le plaidoyer et j'interpelle la première dame! On se retrouve dans la même situation où son mari est en train de violer la constitution ; où le spectre de la guerre coule , où le spectre du sang est là!

Les premières dames d'Afrique ont institué la mise en place la diplomatie pour la paix; ce réseau est où aujourd'hui? Ca fait pitié! . Je ne sais pas par où commencer. Je vous remercie de votre attention.

Grand témoin , Madame Elza VUMI:

"Nous sommes dans la troisième guerre mondiale pour la maitrise des matières premières. C'est le jardin de l'Europe pour les industrialisations. Je suis du Congo Kinshasa où j'ai pas grandi!Je propose de créer une Union Africaine. Réunissons par pays. J'ai eu une éducation de femmes debout. Nos VAGINS SONT GEOPOLITIQUES! IL EST TEMPS QUE LES FEMMES S'OCCUPENT DE GEOPOLITIQUE! clame t-elle.

La conférence s'est terminée vers 18H30 par le mot de la fin du président M Diallo et par le pot de l'amitié offert par l'association.

Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC
Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC
Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC
Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC
Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC
Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC

Elza Vumi, journaliste congolaise, représente de "Congo justice" de RDC

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article